Zooms

Zoom - Camille Pascal - 1718 ou 2022 : une atmosphère inflammable

Publiée le 26/09/2022

Ecrivain couronné du grand prix de l’Académie Française, Camille Pascal est agrégé d’histoire et romancier. Après les succès de "L’été des quatre rois" et "La chambre des dupes", il publie "L’air était tout en feu". L’auteur a décidé de faire renaître le temps enflammé de la Régence de Louis XV. L’air politique est en feu : Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV, est régent depuis 3 ans. Le roi Louis XV n’a que 8 ans et les intrigues ou complots se multiplient pour abattre le Régent. L’heure est à la grande conspiration. En fin connaisseur du monde politique, Camille Pascal, qui a rédigé plusieurs discours pour Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ou Jean Castex, ne peut s’empêcher, sur TVL, de rapprocher cette année 1718 de 2022 : la foule parisienne se soulève, les campagnes grondent, le Régent est honni, l’endettement est colossal et la planche à billets fonctionne à plein tubes. Et même si comparaison n’est pas raison, en 1718 comme en 2022, on pressent que tout peut s’embraser en un instant. A moins que Camille Pascal ait finalement raison quand il écrit : "le monde marchait sur la tête sans que cela paraisse offusquer les Français qui s’accommodaient de tout". Tout au long d'un roman historique magnifiquement écrit, Camille Pascal fait revivre avec virtuosité le temps troublant et haletant de la régence.

Zoom - Natalie Saracco : Les bobos sapiens : un roman sur les anges

Publiée le 30/11/2022

Dans son premier roman "Les bobos sapiens", Natalie Saracco, réalisatrice pour le cinéma et écrivain, nous emmène à la découverte des anges. Son héros, Jean de La Tour, artiste parisien désabusé, a été abandonné par son épouse partie vivre avec sa prof de yoga. Il sombre dans l'alcool et la déprime avant de rencontrer un mystérieux Raphaël qui va bouleverser sa vie. Nous suivons les deux héros dans l'univers des bobos parisiens, où la quête d'une liberté illusoire révèle de profondes blessures. Avec tendresse et humour, ce roman n'en dresse pas moins une peinture caustique de notre société. À sa manière, il alerte sur les dérives d'un monde sans Dieu, sans amour et bientôt sans homme...