En ce moment

Le Samedi Politique avec Gérald Olivier - Etats-Unis - Russie : Quel avenir pour l’Occident ?
Agriculteurs mécontents, Macron et Leyen méprisants - JT du vendredi 1er mars 2024
Têtes à Clash n°141 - Guerre Russie/Ukraine : l'impasse meurtrière ?
Faites court, professeur Husson - Belloubet voulait supprimer l'Education nationale
Le Nouvel I-Média - Macron au salon de l’agriculture : deux versions médiatiques
Les colères de Collard - Un enfant à l'Elysée
Le monde est suspendu à l’élection présidentielle américaine. De la guerre en Ukraine au conflit israélo-palestinien, tout porte à croire que les fronts sont figés jusqu’au dénouement de novembre prochain. Pour l’heure, à trois jours du Super Tuesday, le super mardi, les Républicains sont en passe d’être fixés sur le candidat qui livrera bataille contre Joe Biden… Mais la primaire a tout de la course jouée d’avance avec un ancien président, Donald Trump, grand favori. Nikki Haley, sa seule adversaire encore en lice, n’a pourtant pas encore abandonné. Ancien gouverneur de Caroline du Sud, la tenante de la tendance néo-conservatrice espère être la candidate du recours… Du recours pour les Républicains si Trump était finalement empêché, mais aussi peut-être le recours du Système et de l’Etat profond américain qui pourraient juger à terme que la candidature de Joe Biden n’est plus défendable. En effet, les écarts de comportements et les trous de mémoire du président des Etats-Unis jettent de plus en plus le discrédit sur les perspectives d’un nouveau mandat. Un nouveau mandat qui pourrait aussi être compromis par les affaires judiciaires autour du président et de son fils Hunter Biden. De quoi donner un poids crucial à la Justice dans la course à la Maison Blanche.

Le journaliste spécialiste de la politique américaine, Gérald Olivier, également auteur de "Cover Up : Le clan Biden, l’Amérique et l’Etat Profond" aux éditions Konfident (disponible ici https://boutiquetvl.fr/geopolitique/gerald-olivier-cover-up-le-clan-biden-l-amerique-et-l-etat-profond), revient en détails sur les perspectives de l’élection présidentielle américaine et ses premiers pas constitués par les primaires. Il revient sur les menaces qui pèsent sur les deux hommes ainsi que sur les conséquences de leur réélection respective.  

Le Samedi Politique avec Gérald Olivier - Etats-Unis - Russie : Quel avenir pour l’Occident ?

A la une de cette édition, mobilisation agricole et mépris de Macron et Bruxelles. En plein Salon de l’agriculture et alors que les paysans sont en colère, le Parlement européen a voté un nouveau texte de libre échange.

Nous reviendrons ensuite sur les demandes d’asiles qui sont au plus haut en France. En dépit des postures du ministre de l’Intérieur, les vannes migratoires sont grandes ouvertes.

Et enfin, voyage chez nos voisins germains avec Nicolas de Lamberterie qui revient sur la pression exercée contre le parti Alternative pour l’Allemagne, l’AfD, avec des mesures de rétorsion de plus en plus sévères à l’approche de plusieurs scrutins importants.

Agriculteurs mécontents, Macron et Leyen méprisants - JT du vendredi 1er mars 2024

Franck Tanguy reçoit Anne-Laure Bonnel, François Martin, Cyril Bennasar et Laurent Artur du Plessis.

Au programme des débats :

1) Deux ans de guerre Russie/Ukraine : comment en sort-on ?

2) Crise agricole : et l'Europe dans tout ça ?

3) Campagne présidentielle américaine : le retour du match Trump/Biden ?

Têtes à Clash n°141 - Guerre Russie/Ukraine : l'impasse meurtrière ?

Faites court, professeur Husson - Belloubet voulait supprimer l'Education nationale

Cette semaine dans "I-Média", Jean-Yves Le Gallou et Lucas Chancerelle reviennent dans l’image de la semaine sur les déclarations guerrières d'Emmanuel Macron sur l’Ukraine qui ont isolé le président sur la scène internationale.
Le dossier du jour sera une comparaison des deux lectures médiatiques du déplacement d'Emmanuel Macron au salon de l’agriculture.


Enfin, les pastilles de l’info aborderont :
1- Carton rouge : Les clandestins de Mayotte ont la vie de château !
2- Les ciseaux de la censure : Le temps de parole et la diversité sur le service public
3- Décryptage : CNews cède à la pression après la polémique sur l’avortement
4- Le bon point mainstream : Polémique avec Marion Maréchal, Boursorama ne faillit pas !
5- Le coup de gueule : Meurtre d’un jeune espagnol par l’extrême gauche
Pour conclure, le portrait piquant du jour en partenariat avec l’OJIM sera consacré à Gaspard Proust, humoriste non subventionné classé à droite qui touche juste et gêne le politiquement correct.

Portrait piquant : Gaspard Proust
Liens utiles :
OJIM : www.ojim.fr

Le Nouvel I-Média - Macron au salon de l’agriculture : deux versions médiatiques

Les colères de Collard - Un enfant à l'Elysée

Infos du jour

Viktor Orban ne voit aucune issue apparente pour la guerre en Ukraine, estimant que la politique européenne est "paralysée"

Lors du Forum diplomatique d'Antalya en Turquie, le Premier ministre Viktor Orban a déclaré qu'il ne semblait y avoir aucune solution au conflit entre la Russie et l'Ukraine, laissant ainsi la politique européenne "paralysée". "Si vous pensez que le temps joue en faveur de l'Ukraine et de l'Occident, et que poursuivre la guerre peut apporter un succès militaire aux Ukrainiens, il est raisonnable de continuer. Si vous pensez que le temps est plutôt du côté russe, et que poursuivre la guerre apporterait plus de succès aux Russes, il vaut mieux pour les Ukrainiens arrêter maintenant. Je fais partie du deuxième camp", a notamment déclaré V. Orban. Il a également souligné que la situation était préoccupante car de nombreux pays considèrent le conflit comme étant "notre guerre" et que "si l'ennemi s'avère plus fort ... vous appartenez aux perdants ... et il est très difficile d'expliquer comment se comporter et comment sortir d'une situation où vous perdez une guerre". M. Orban a également abordé d'autres sujets, rappelant que bien qu'il soit souvent qualifié de "chien de Poutine" ou de "cheval de Troie", cela relevait de la psychothérapie et non d'une discussion politique. Il a également réaffirmé son engagement envers les intérêts de la Hongrie et de sa nation, soulignant l'importance de la paix en Ukraine pour assurer la sécurité des vies hongroises. Concernant l'avenir de la Hongrie dans l'Union européenne, il a déclaré que son pays resterait toujours européen, mais a également noté les différences idéologiques croissantes entre les libéraux et les conservateurs en Europe. Il a exprimé l'espoir qu'une majorité conservatrice émerge au sein de l'UE et a souligné que les prochaines élections au Parlement européen pourraient entraîner un changement dans sa composition, avec un poids accru de la droite. Budapest Times

Elon Musk poursuit la société de recherche en intelligence artificielle "OpenAI", estimant qu'elle s'est détournée de sa mission initiale visant à développer l'IA non pas à des fins lucratives, mais pour le bénéfice de l'humanité

Le milliardaire Elon Musk a porté plainte contre OpenAI, la société de recherche en intelligence artificielle qu'il a autrefois contribué à fonder, pour une prétendue violation de sa mission initiale visant à développer une technologie d'IA non pas à des fins lucratives, mais pour le bénéfice de l'humanité. OpenAI, fondée en 2015 en tant que laboratoire de recherche à but non lucratif pour développer une Intelligence Artificielle Générale (IAG) open source, est désormais devenue une "filiale de facto à code source fermé de la plus grande entreprise technologique du monde", a écrit l'équipe juridique de Musk dans la plainte déposée jeudi devant le tribunal supérieur de San Francisco. La plainte affirmait que Musk "a depuis longtemps reconnu que l'IAG représente une grave menace pour l'humanité - peut-être la plus grande menace existentielle à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui". "Mais là où certains, comme M. Musk, voient une menace existentielle dans l'IAG, d'autres voient l'IAG comme une source de profit et de pouvoir", ajoutait-il. "Sous sa nouvelle direction, elle ne se contente pas de développer mais affine en réalité une IAG pour maximiser les profits de Microsoft, plutôt que pour le bénéfice de l'humanité". Pour rappel, Elon Musk a quitté le conseil d'administration d'OpenAI en 2018 et est depuis devenu critique envers l'entreprise, notamment après que Microsoft a investi au moins 13 milliards de dollars pour obtenir une participation de 49 % dans une filiale à but lucratif d'OpenAI. RT      

Succès récents

1
Bistro Libertés avec Guillaume Bigot - Le choc des civilisations ?

Bistro Libertés avec Guillaume Bigot - Le choc des civilisations ?

2
Le Samedi Politique avec Xavier Raufer - Jeffrey Epstein : totem de l'élite pédocriminelle ?

Le Samedi Politique avec Xavier Raufer - Jeffrey Epstein : totem de l'élite pédocriminelle ?

3
Politique & Eco n°408 avec Jean-Pierre Chevallier - Banques : rien ne va plus !

Politique & Eco n°408 avec Jean-Pierre Chevallier - Banques : rien ne va plus !

4
Le Samedi Politique avec  Alain Juillet - Israël - Palestine : Du chaos à la réorganisation mondiale ?

Le Samedi Politique avec Alain Juillet - Israël - Palestine : Du chaos à la réorganisation mondiale ?

5
Bistro Libertés avec Xavier Moreau -  Israël, Ukraine : la guerre des opinions

Bistro Libertés avec Xavier Moreau - Israël, Ukraine : la guerre des opinions

Les plus vues

Depuis :

Bistro Libertés - Les antimondialistes se mobilisent pour une France souveraine

Le Samedi politique avec Jacques Baud - Ukraine : Poutine a mis K-O l'Occident

Politique & Eco n°419 avec Pierre Jovanovic - Le monde occidental est au bord de la banqueroute

Bistro Libertés : Les raisons cachées de la guerre selon Alexandre del Valle