Zooms

Zoom - Erick et Sylvie Pétard : "Nous avons perdu nos deux filles sous les balles des terroristes"

Publiée le 24/10/2021
Le 13 novembre 2015, la vie de la famille Pétard a basculé. Anna et Marion, 24 et 27 ans, les deux filles d’Erick et Sylvie, se trouvent avec une amie à la terrasse du Carillon dans le Xème arrondissement de la Capitale. A 21h25 environ, une demi-heure avant la prise d’otages au Bataclan, une voiture s’arrête. Trois hommes armés descendent et tirent à vue. Anna et Marion seront tuées sur le coup. Commence alors pour les parents une interminable attente, rythmée de mauvais pressentiments et de bribes d’informations. Le verdict aussi injuste qu’inqualifiable tombera seulement samedi soir, avec un appel froid du ministère de l’Intérieur : "Je suis désolée, vos filles font partie des victimes des attentats". Cette phrase fait basculer pour toujours la vie de Sylvie et Erick Pétard. Une vie de parents aimants dont la plus grande joie était d’offrir une belle vie à leurs deux chères filles à force de travail. Après l’indicible, ils racontent l’attitude des autorités qu’ils tiennent responsables d’avoir laissé commettre de tels attentats meurtriers. Ils expliquent pourquoi ils se tiennent éloignés des hommages nationaux comme du procès des attentats du 13 novembre. Sylvie et Erick Pétard racontent aussi comment ils survivent à la disparition de leurs deux filles, en vivant avec elles par la prière, avec l’espérance de les retrouver un jour. Un entretien bouleversant de pudeur.

Zoom - Gaël-Georges Moullec - Ukraine : la fin des illusions occidentales

Publiée le 04/10/2022

Tournant majeur dans les relations internationales, l'opération militaire spéciale sur l'Ukraine a pour effet de briser des mythes construits depuis la fin de l'Union soviétique. Première illusion, la démocratie serait porteuse de paix. Or la démocratie ukrainienne ensanglante le Donbass en ciblant les civils depuis 8 ans. La réalité est celle d'une population sous influences de puissances étrangères, des oligarques locaux et des groupes nationalistes armés. Illusion toujours quand l'Union européenne et l'OTAN ont attisé la renaissance et le développement d'un antagonisme entre l'Ukraine et la Russie. De l'autre côté de l'Atlantique, les États-Unis ne font plus illusion dans leur rôle de pilier de l'Occident. Dorénavant, l'intérêt des États-Unis est d'organiser le chaos en Europe afin d'empêcher toute alliance eurasiatique UE-Russie. Enfin, la plus grande illusion dissipée par cette crise est celle d'une globalisation heureuse et salvatrice bénéficiant des matières premières de Russie et des céréales ukrainiennes. Désormais, il n'est plus question de la fin de l'Histoire, mais du début d'une nouvelle ère pour le Monde.
Gaël-Georges Moullec, docteur en histoire contemporaine, spécialiste de la Russie et du communisme, présente son ouvrage "Ukraine - La fin des illusions"