Zooms

Zoom - Marc Doyer : 15 jours après le vaccin, ma femme a contracté Creutzfeld-Jacob

Publiée le 05/01/2023

Dans la nuit du 3 au 4 mai, Mauricette est décédée après près d’un an de souffrances intenses. Huit mois plus tôt, son mari Marc Doyer et elle, partaient recevoir leur deuxième dose de vaccin Pfizer. Couple très dynamique, ils dirigent ensemble un cabaret. Mauricette se produit sur scène presque tous les soirs ! Quinze jours plus tard, Mauricette ressent des picotements dans les jambes. Un symptôme anodin qui va s’accompagner de plein d’autres jusqu’au diagnostic final : la maladie de Creutzfeld-Jacob, une encéphalopathie spongiforme, ce que l’on appelle communément la maladie de la vache folle.

Marc Doyer a désormais décidé de se constituer partie civile et dépose plainte contre Pfizer, Olivier Véran, Jean Castex, entre autres. Il réclame la vérité sur les effets secondaires des vaccins. Marc Doyer veut savoir pourquoi le risque de contracter la maladie de Mauricette n’était pas expliqué alors qu’elle faisait partie des rapports de l’EMA, l’Agence européenne du médicament, pourquoi son consentement libre et éclairé, fondement de la médecine, n’a pas été respecté. Pour tout cela, Marc Doyer demande justice et il l’affirme : il ne lâchera rien ! Il appelle toutes les victimes d'effets secondaires des vaccins contre le covid-19 à le rejoindre pour mener une action en justice. 

Zoom - Elsa Ruillère - Soignants suspendus : boucs émissaires de Macron

Publiée le 26/01/2023

Le 12 juillet 2021, Emmanuel Macron annonçait dans son allocution hystérique non seulement le pass-sanitaire mais aussi l’obligation vaccinale pour tous les personnels soignants. A compter du 15 septembre 2021, ceux qui refusaient de se faire injecter un produit, sur lequel le recul scientifique était si court, étaient tout bonnement suspendus. Suspendus de leur travail, mais aussi suspendus dans le temps. Depuis désormais plus de 18 mois, ces gens, initialement engagés au service des autres, ont été mis sur le côté de la route dans des conditions totalement iniques. Privés de salaire, privés de chômage, privés de RSA, le traitement de ces soignants suspendus est tellement inédit que le droit du travail ne peut répondre à leur calvaire. L’administration est impuissante et plonge encore plus profondément dans le gouffre de l’injustice ces personnes que les Français applaudissaient compulsivement à leurs fenêtres de confinés en 2020. 


D’adulés, ils sont passés à un statut de méprisés et maintenant d’invisibilisés. C’est l’injustice qu’a voulu réparer Elsa Ruillère, secrétaire adjointe de la CGT du Groupe Hospitalier Portes de Provence. Considérée elle-même comme une "soignante" malgré son travail exclusivement administratif et sans contact avec les patients de son hôpital, elle est l’une de ces "suspendues" et met son temps à disposition de ceux qui, comme elle, subissent une discrimination d’Etat sans fondement. Elle publie chez Guy Trédaniel, "Paroles de soignants suspendus", accompagné notamment d’une préface de Michèle Rivasi, député européen EELV et d’un épilogue du chercheur Laurent Mucchielli. Au fil des pages, ceux qui subissent l’opprobre d’Etat, tels des boucs émissaires, racontent comment leur situation a basculé pour une décision politique infondée, injuste et inacceptable. Un entretien frappant de sincérité et d’engagement. 

 

En partenariat avec les bijoux Majorica