Politique Eco

Politique & Eco n° 261 avec Charles Henri Gallois - UE, la Crise sanitaire révélateur de son impuissance

Publiée le 29/06/2020
Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Charles Henri Gallois, (EM Lyon) chargé des questions économiques de l’UPR

1.Une gestion de crise lamentable.

- L’idéologie sans frontière de Macron. - La France fut le dernier pays à fermer ses frontières. - Une absence manifeste de solidarité européenne. - L’Italie appelle à l’aide, l’UE aux abonnés absents. - Les annonces : des milliards comme s’il en pleuvait : quelle réalité à ces paiements ? - Sauver l’euro à tout prix. - La France dindon de la farce européenne. - L’Italie et l’Allemagne mieux loties dans la répartition des subventions.

2. L’UE la fuite en avant.

- Perspectives économiques sombres ; - La France achète les menottes que l’UE lui passe. - Pertes sur la répartition des subventions. - Pendant la crise des accords subreptices de libre-échange avec le Vietnam et le Mexique. - Le Commerce extérieur : une compétence exclusive de l’UE, les peuples non consultés. - Un recul de la démocratie : deux siècles de tradition politique niés par ces accords.

3. La souveraineté c’est la liberté !

- Réindustrialiser la France ? - Un préalable : le frexit. - Retour sur l’affaire Alstom emblématique des abandons de souveraineté. - Même au niveau militaire la France n’est pas autonome. - Le risque de la production extérieure cf. les médicaments pendant la crise sanitaire. - Les USA un pays protectionniste. - Question agricole, le recul de la France dans la compétition internationale. - La France très mal défendue par ses dirigeants au premier rang Macron. - Une crise économique très dure s’annonce, la France l’affronte affaiblie.

Politique & Eco n°432 avec Pierre Jovanovic : Même les banques centrales (BCE, FED) sont en déficit

Publiée le 15/04/2024

Parmi les banques commerciales déjà en difficulté, il faut signaler la Société Générale qui après avoir vendu les fonds de tiroir, vend même le tiroir ! La SG a été sauvée en 2008 par les banques américaines et celles-ci veulent maintenant un sérieux retour sur investissements, ayant un maximum d'actions. Morgan Stanley a dégradé le titre de la banque.

Mais ce sont aussi les banques centrales qui entrent dans les déficits. Dans son bilan 2023 publié jeudi 22 février, la Banque centrale européenne annonce avoir subi une perte de 1,3 milliard €, c’est aussi le cas de la FED et d’autres banques européennes. La hausse des taux voulue par elles en est la cause. Les banksters de la BCE prêtent de l'argent qu'ils n'ont pas à des banksters de la zone qui en manquent. "C'est de la cavalerie financière et de la création monétaire ex nihilo létale à terme" (Chevalier.biz). Un motif d’inquiétude supplémentaire qui rappelle la crise de 2008, les prêts interbancaires se tarissent faute de liquidités. Et pendant ce temps l’or ne cesse de monter 2 300 $ l’once pour 31 grammes.

Dans la série des déficits, voici maintenant les assurances : CGI Bâtiment (assurances), essentiellement dû à celle du grand groupe de construction Français, GEOXIA (Les Maisons Phoenix) en faillite.

Pour Pierre Jovanovic, il y a un cygne noir, celui du nombre des morts de la vaccination (source Bloomberg), conséquences inattendues : des procès et des versements d’indemnités conséquentes aux victimes.

Et pendant ce temps, Emmanuel Macron et Bruno Le Maire se heurtent au mur de la dette. Ils ont définitivement transformé la France en Grèce de 2009. Quant au livret A, il va servir à financer la guerre en Ukraine .

De tout cela l’opinion, en France et aux Etats-Unis, commence à s’apercevoir et les médias mainstream connaissent des difficultés, même le Wall Street journal perd des lecteurs, alors que les bourses continuent leur lévitation, en contradiction avec un situation économique fortement dégradée.