Le samedi politique

Criminalité : Mensonges et trahison du pouvoir - Xavier Raufer dans le Samedi Politique

Publiée le 29/10/2022

Depuis quelques semaines, ce que l’on nomme communément "faits divers" s’enchaînent et se surpassent dans l’horreur. Alors que l’insécurité est parmi les principaux sujets d’inquiétude des Français, la réalité fait irruption jusque dans les médias. L’assassinat de la petite Lola est sans doute le symbole de cette criminalité galopante, toujours plus horrible et toujours plus hors de contrôle. La principale suspecte, la fameuse Dahbia B, Algérienne, a pu torturer la petite fille et l’assassiner alors même qu’elle n’aurait jamais dû se trouver en France. Pourtant, malgré un contrôle de police en août dernier lui signifiant son obligation de quitter le territoire français, cette fameuse Dahbia était encore là, illégalement… et libre pour commettre son crime. Une situation intolérable qui a suscité un important émoi dans la population…

D’autres faits divers ont d’ailleurs pris une tournure étonnante ces derniers jours. A Roanne, un "mineur isolé" guinéen s’est introduit dans un domicile et s'est livré à des attouchements sur une petite fille de 6 ans. Le père de l’enfant et quelques amis ont recherché le suspect et l’ont passé à tabac avant d’appeler les forces de l’ordre. A Nantes, le meurtrier présumé d’une femme a également été retrouvé par un groupe citoyen… Face à l’abandon de la Justice, domaine crucial pour un Etat de droit en bonne marche, les Français ont donc décidé de réagir et se faire justice eux-mêmes.

Dans ce tourbillon criminel, Xavier Raufer nous livre son analyse sur les mensonges et l’incurie du pouvoir en place, du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, au ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, à Emmanuel Macron. Des dirigeants qui faillissent dans leur mission et mentent aux Français pendant qu’ils souffrent en silence d’une situation qui s’aggrave de jour en jour.

Le Samedi Politique avec Nicolas Dupont-Aignan - Guerre, pauvreté, pénurie : l’effondrement global

Publiée le 26/11/2022

Voilà neuf mois que les troupes russes sont entrées en Ukraine. Depuis, la France n’a cessé de perdre du poids sur la scène internationale, incapable de rester fidèle à sa tradition de non-alignement. Le président Emmanuel Macron a même jugé utile de rendre publique des conversations privées avec Vladimir Poutine : un discrédit total.

Mais cette déconvenue géopolitique n’est pas le seul coup bas infligé à la France. En effet, les sanctions européennes prises contre la Russie, sans consultation populaire, ont engendré une crise énergétique sans précédent. La France est désormais menacée de pénuries d’électricité et voit les factures bondir au point de miner l’économie réelle. Un résultat qui tient aux choix aberrants en matière énergétique, entre abandon du nucléaire et blanc-seing à l’éolien.

Sans surprise, avec le deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, le système parlementaire s’effondre avec une minorité présidentielle autoritaire qui creuse la tombe du pays en appauvrissant toujours plus les Français et en refusant la réalité. En témoigne cette obsession de nuire aux soignants suspendus en refusant de les réintégrer, alors même que la France est le seul pays qui applique encore cette règle.

Ce blocage démocratique pousse Nicolas Dupont-Aignan à appeler de ses vœux une dissolution de l’Assemblée en vue d’une grande union des patriotes pour lutter efficacement contre les mondialistes de la macronie dont l’arrivée au pouvoir pose de nombreuses questions comme en témoignent les récentes enquêtes ouvertes par le Parquet national financier sur les soupçons de financements illégaux pour les campagnes de 2017 et de 2022… Une justice décidément bien lente quand il s’agit de se pencher sur le sort d’Emmanuel Macron.