Le samedi politique

Le Samedi Politique avec Nicolas Dupont-Aignan - Guerre, pauvreté, pénurie : l’effondrement global

Publiée le 26/11/2022

Voilà neuf mois que les troupes russes sont entrées en Ukraine. Depuis, la France n’a cessé de perdre du poids sur la scène internationale, incapable de rester fidèle à sa tradition de non-alignement. Le président Emmanuel Macron a même jugé utile de rendre publique des conversations privées avec Vladimir Poutine : un discrédit total.

Mais cette déconvenue géopolitique n’est pas le seul coup bas infligé à la France. En effet, les sanctions européennes prises contre la Russie, sans consultation populaire, ont engendré une crise énergétique sans précédent. La France est désormais menacée de pénuries d’électricité et voit les factures bondir au point de miner l’économie réelle. Un résultat qui tient aux choix aberrants en matière énergétique, entre abandon du nucléaire et blanc-seing à l’éolien.

Sans surprise, avec le deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, le système parlementaire s’effondre avec une minorité présidentielle autoritaire qui creuse la tombe du pays en appauvrissant toujours plus les Français et en refusant la réalité. En témoigne cette obsession de nuire aux soignants suspendus en refusant de les réintégrer, alors même que la France est le seul pays qui applique encore cette règle.

Ce blocage démocratique pousse Nicolas Dupont-Aignan à appeler de ses vœux une dissolution de l’Assemblée en vue d’une grande union des patriotes pour lutter efficacement contre les mondialistes de la macronie dont l’arrivée au pouvoir pose de nombreuses questions comme en témoignent les récentes enquêtes ouvertes par le Parquet national financier sur les soupçons de financements illégaux pour les campagnes de 2017 et de 2022… Une justice décidément bien lente quand il s’agit de se pencher sur le sort d’Emmanuel Macron.

Le Samedi Politique avec Bernard Wicht - Russie/Ukraine : la guerre à perpétuité ?

Publiée le 21/01/2023

Le conflit ouvert en Ukraine va bientôt souffler sa triste première bougie. Alors que les médias poursuivent leur entreprise de propagande de guerre provoquant une exacerbation des tensions à la limite de l’embrasement général, le conflit se poursuit sur le territoire. Les envois d’armes occidentales à Kiev pleuvent dans les discours mais restent peu visibles sur les théâtres d’opération. Les combattants, eux, tombent sur le front au fil de ce qui ressemble de plus en plus à une fuite en avant.

Bernard Wicht est expert en stratégie militaire et privat-docent à la faculté des Sciences Politiques de l’Université de Lausanne en Suisse, et auteur de "Vers l’autodéfense : le défi des guerres internes" publié chez Jean-Cyrille Godefroy (disponible ici). Dans ce nouveau "Samedi Politique", il décrit les particularités de cette guerre de nouvelle génération qui allie guerre conventionnelle et par proxy, tout en convoquant aussi bien les soldats de l’armée régulière que des groupes paramilitaires et des conscrits. 

Il peint également l’état actuel du conflit en Ukraine sur le plan des moyens, qu’ils soient militaire, logistique, humain ou financier et dessine une situation de plus en plus inextricable où chacun des acteurs s’éloignent peu à peu de la possibilité d’accepter une défaite. Un blocage dont Volodymyr Zelensky, pris en étau, pourrait finalement faire les frais. 

Bernard Wicht démonte méthodiquement les effets d’annonce pour décrire la réalité du terrain quant à l’utilisation des armes occidentales par les combattants ukrainiens qui paient le prix du sang face à la Russie de Vladimir Poutine, maître du temps.