Politique Eco

Politique & Eco n°397 avec Loïc Chaigneau - L'arme fatale contre les GAFAM

Publiée le 10/07/2023

Une souveraineté européenne "et en même temps", une souveraineté nationale ! Le concept de souveraineté partagée lancé par Emmanuel Macron est-il envisageable et même souhaitable ? Pour Loïc Chaigneau, philosophe et l'auteur de "Pour une souveraineté intégrale", voilà bien une idée vaine. Voici le fond de sa pensée : "Toute souveraineté partielle ou partagée perd d'emblée et par définition son caractère proprement souverain". Cette souveraineté, les Français en sont dépossédés depuis le traité de Maastricht en 1992. Et de plus en plus... Elu en 2017, Emmanuel Macron a directement affiché son hostilité à la nation avec un girondisme antirépublicain. En effet, les lois servent désormais les intérêts d'une classe dominante despotique à la tête de grandes entreprises antihumanistes (GAFAM). Mais comme l'a dit le sociologue français Michel Clouscard "l’Etat-nation a pu être le moyen d’oppression d’une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation". Cela dit, une souveraineté retrouvée de l'Etat-nation est-elle une fin en soi ? Non ! Loïc Chaigneau montre que la récupération de la seule souveraineté nationale sans mobilisation sur le terrain économique est vaine. De même, la reprise en main de l’outil de travail sans cadre national à même de la préserver l’est tout autant. Pour l'invité de "Politique & Eco", "l’humanisme total prend forme dans la souveraineté intégrale, une certaine écologie politique et un rapport au sacré". Un entretien de haut vol à méditer pendant les vacances !

Politique & Eco n°440 avec Pierre-Antoine Plaquevent - Ukraine-Gaza : guerre totale ou gouvernance mondiale ?

Publiée le 10/06/2024

Le président Macron a-t-il déclaré la guerre à Moscou ? En autorisant l'Ukraine à tirer des missiles "made in OTAN" sur les bases russes, le chef de l'Etat continue son escalade verbale, assurant par ailleurs que la jeunesse française serait prête au sacrifice ultime... pour défendre "les valeurs de la République". En réaction, le président Poutine a aussitôt menacé l'Europe Occidentale d'une guerre totale. Comment expliquer l'hostilité anti-russe du locataire de l'Elysée, aujourd'hui supérieure à celle de Washington ? La grenouille veut-elle se faire plus grosse que le bœuf ?

Pendant ce temps, une autre guerre fait rage entre le Hamas et Israël. Comme l'Ukraine, le Moyen-Orient se trouve sur la bordure de l'ensemble russo-chinois dont les Etats-Unis cherchent l'encerclement. Les projets de développements énergétiques entre les deux grands blocs s'y multiplient et entrent en concurrence, provoquant des points de tension. Seule la perspective d'une destruction nucléaire mutuelle freine encore l'escalade meurtrière entre Occident et Eurasie.

Entre les deux, la France n'offre plus de troisième voie et se retrouve coincée entre le communautarisme et des élites vendues au millénarisme globaliste. Pour en sortir, elle devra renouer avec sa souveraineté stratégique et rejoindre le concert des puissances réalistes. Puissances qui placent l'État et le politique au centre du système des relations internationales.

Pierre-Antoine Plaquevent est analyste politique, animateur pour le site Strategika, rédacteur de la lettre privée Polemos, et l'auteur de "Société ouverte VS Eurasie". Il est l'invité de ce numéro de "Politique & Eco".