Politique Eco

Politique & Eco n°419 avec Pierre Jovanovic - Le monde occidental est au bord de la banqueroute

Publiée le 15/01/2024

1) Les banques en difficulté à la recherche de profits

L'océan de liquidités se retire de plus en plus loin en ce début d'année, confirmant le mouvement observé depuis l'explosion des banques américaines et celle du Crédit Suisse. Selon The Kobeissi Letter, "Les pertes non réalisées représentent désormais environ 33% de l'ensemble des fonds propres des banques aux Etats-Unis". Actuellement, les banques détiennent près de 700 milliards $ de pertes non réalisées.

La Chine est en proie elle aussi à sa crise bancaire, au point que les autorités de Pékin ont décidé de mettre la Zhongzhi Group en faillite, gravement touchée par les faillites en série des promoteurs immobiliers, à l'image de Evergrande qui a fait faillite avec un trou de 327 milliards.

 

2) Le monde occidental est au bord de la banqueroute...

Le colonel Douglas Macgregor, devenu un proche conseiller de Donald Trump lors de son mandat, a déclaré la semaine passée :"Le monde occidental est au bord de la banqueroute... c'est juste qu'on ne dit pas la vérité (au public) et qu'on veut ignorer la réalité. Notre système financier se porte très mal car on s'est nous-même mis dans cette situation. L'apocalypse financière arrive". La dette mondiale arrive aux 100 trilliards $. La Californie a 68 milliards $ de dette.

Le retour au standard or se confirme de plus en plus. L'évolution de l'or : depuis 2013 le prix de l'once était aux alentours de 900 $, le cours est aujourd’hui à 2 060 $. Et maintenant, ce sont les pièces d’argent qui s’arrachent à prix d’or (liberty en argent).

Matthieu Pigasse : ''la planche à billets n'a profité qu'aux plus riches''... Quand la raison vient aux banquiers !

Politique & Eco n°440 avec Pierre-Antoine Plaquevent - Ukraine-Gaza : guerre totale ou gouvernance mondiale ?

Publiée le 10/06/2024

Le président Macron a-t-il déclaré la guerre à Moscou ? En autorisant l'Ukraine à tirer des missiles "made in OTAN" sur les bases russes, le chef de l'Etat continue son escalade verbale, assurant par ailleurs que la jeunesse française serait prête au sacrifice ultime... pour défendre "les valeurs de la République". En réaction, le président Poutine a aussitôt menacé l'Europe Occidentale d'une guerre totale. Comment expliquer l'hostilité anti-russe du locataire de l'Elysée, aujourd'hui supérieure à celle de Washington ? La grenouille veut-elle se faire plus grosse que le bœuf ?

Pendant ce temps, une autre guerre fait rage entre le Hamas et Israël. Comme l'Ukraine, le Moyen-Orient se trouve sur la bordure de l'ensemble russo-chinois dont les Etats-Unis cherchent l'encerclement. Les projets de développements énergétiques entre les deux grands blocs s'y multiplient et entrent en concurrence, provoquant des points de tension. Seule la perspective d'une destruction nucléaire mutuelle freine encore l'escalade meurtrière entre Occident et Eurasie.

Entre les deux, la France n'offre plus de troisième voie et se retrouve coincée entre le communautarisme et des élites vendues au millénarisme globaliste. Pour en sortir, elle devra renouer avec sa souveraineté stratégique et rejoindre le concert des puissances réalistes. Puissances qui placent l'État et le politique au centre du système des relations internationales.

Pierre-Antoine Plaquevent est analyste politique, animateur pour le site Strategika, rédacteur de la lettre privée Polemos, et l'auteur de "Société ouverte VS Eurasie". Il est l'invité de ce numéro de "Politique & Eco".