Politique Eco

Politique & Eco n°421 avec François Asselineau - Macron nous entraine vers la guerre mondiale

Publiée le 29/01/2024

"Larbin des Etats-Unis", "singe savant"... Le président de l'UPR, François Asselineau, n'a pas épargné Emmanuel Macron. Il faut dire que le président de la République (bananière) n'a de cesse de tendre le bâton pour se faire battre. En témoigne sa conférence de presse face à des journalistes complices, où il avait réponse à tout, n'était responsable de rien. Tous les sujets fondamentaux ont été éludés : explosion de la dette, effondrement du niveau de vie et surtout le risque de guerre mondiale dans laquelle il nous amène. Les armes continuent en effet à affluer vers l'Ukraine : Washington, Davos et Bruxelles l'ont décidé, Macron et Attal sont leurs obligés.

Face au désespoir de millions de Français, agriculteurs en tête, François Asselineau en appelle au sursaut pour les européennes du 9 juin et invite les abstentionnistes à se mobiliser pour le Frexit, seule arme susceptible de faire sauter le Système oligarchique.

Politique & Eco n°425 avec avec Jean-Philippe Chauvin : Deux siècles d’histoire sociale à la lumière des monarchistes

Publiée le 26/02/2024

Nous recevons aujourd’hui Jean-Philippe Chauvin militant royaliste de toujours et professeur d’histoire dans un grand lycée d’Ile-de-France. En sa compagnie nous découvrons un aspect méconnu de la monarchie et de l’Ancien régime : sa dimension sociale.

1) Louis XVI et la question sociale. Une image à repenser en général sur la monarchie mais particulièrement sous Louis XVI. Au moment de la grande peur des campagnes à la suite de l’explosion d’un volcan islandais qui plonge l’Europe dans un grand trouble climatique assorti de mauvaises récoltes, Louis XVI consacrera une part du budget pour venir en aide aux paysans.

2) La révolution est-elle antisociale avec la loi Le Chapelier et le décret d'Allarde ? C’est en effet une révolution bourgeoise, laquelle se montrera impitoyable tant pour les paysans que pour les premiers ouvriers. Les décrets cités plus haut consacrent la privatisation des communaux accessibles jadis aux paysans pauvres. Quant à l'appropriation des biens du clergé qui étaient un peu la sécurité sociale de l'époque, cela provoqua une grande misère laquelle va durer jusqu’au milieu du XIX° siècle. On se souvient de la révolte des Canuts lyonnais. La République fit tirer sur le peuple et cela va continuer à Fourmies, Anzin, Carmaux, Courrières, et la répression des républicains fut impitoyable : Thiers, Cavaignac et Clémenceau en furent les auteurs.

3) Cette misère fut donc au cœur des grandes révoltes du XIXème siècle particulièrement et c'est là qu'il faut citer l'action des monarchistes sociaux qui luttèrent par la loi contre le travail des enfants jusqu'au début du XXème siècle. Le Front populaire mit fin à la révolution et constitue une date importante dans l’histoire sociale. Après ces années, tous les gouvernements de Vichy au CNR adoptèrent la même politique sociale.

4) Une monarchie pourrait-elle aujourd'hui mieux résoudre les problèmes sociaux ? Gilets jaunes, agriculteurs, mondialisation, UE, euro ? Jean-Philippe Chauvin répond sur les questions du repos dominical, sur la répression des Gilets jaunes, sur la mondialisation et les délocalisations, ainsi que la crise agricole. Une approche nouvelle et éclairante.