Les Conversations

Les Conversations n°40 de Paul-Marie Coûteaux : Loïk Le Floch-Prigent déballe tout (2ème partie)

Publiée le 17/03/2024

Dans cette seconde conversation à bâtons rompus, Loïk Le Floch-Prigent n’épargne rien ni personne : l’aveuglement des élites, la fuite des cerveaux, la déliquescence des services publics, les impasses de l’Education nationale, les errances d'un Droit qui bafoue le bien commun, les juges sous influence qui finissent par tuer la démocratie, l’invasion de territoires, l’abandon de l’unité culturelle par dessus toute la surveillance permanente de services étrangers, notamment celle de la CIA dont il a fait l’objet. Admettant qu’il est finalement devenu profondément conservateur, il n’en estime pas mois que tout est rattrapable : c’est au pied du mur que tout redevient possible.  

Les Conversations de Paul-Marie Coûteaux avec Boualem Sansal : "Vous parlez d’immigration, mais c’est une invasion !"

Publiée le 26/05/2024

Boualem Sansal est un des écrivains de langue française les plus lus à travers le monde. Nous nous sommes rencontrés un peu par hasard dans une grande maison des Landes. La conversation est aussitôt partie sur les chapeaux de roue : avec un charme inimitable, il raconte son enfance dans un quartier pauvre d’Alger, près de la maison d’Albert Camus dont la mère est une amie de la sienne, l’indépendance vécue par l'adolescent algérien comme un déchirement, la communion de la famille dans les livres, notamment ceux que dévore sa mère, puis de brillantes études scientifiques. Quand, dans les années 90, survient la terreur islamiste et qu’il doit, comme tous les siens, survivre en se faufilant entre les filets de deux dictatures, celle de l’Etat des "généraux gredins" et celle des "barbus", le jeune ingénieur, enseignant à l’école polytechnique d’Alger, veut comprendre : il prend la plume et raconte sans fin, à travers des livres qui sont de véritables "tissus d’émotions", un drame qui, avertit l’écrivain avec un courage de dire et une faconde inimitables, pourrait bien être celui de la France. De part et d'autre de cette Méditerranée ensanglantée qui doit redevenir le centre du monde civilisé, ou qui nous engloutira, parviendrons-nous à renverser ensemble le cours des choses ?