Les Conversations

Les Conversations avec François Asselineau : Années de formation : après l’ENA, le monde reste à découvrir (partie 2/4)

Publiée le 22/07/2023

C’est à bon droit que François Asselineau fait ici remarquer que, lors de la présidentielle de 2017, il était sans doute, avec François Fillon, le seul candidat doté d’une très large expérience à la fois administrative, internationale et politique : ancien élève d’HEC puis de l’ENA (vice-major de sa promotion), inspecteur des finances. Il relate ici ce que nous pourrions appeler ses années de formation. Après plusieurs missions d’inspection qui le conduisent aussi bien au contrôle d’une banque qu’à celui de services publics, aussi bien dans le Var qu'en Nouvelle-Calédonie, et même la coopération avec le Cambodge dévasté par le communisme, il participe à plusieurs cabinets ministériels (Gérard Longuet, Hervé de Charrette), dirige le cabinet d’un autre membre du gouvernement (Françoise de Panafieu), privilégiant toujours les missions à l’étranger qui lui permettent de rencontrer plusieurs grandes figures de la planète, de l’Empereur du Japon à Carlos Menem, en passant par Nelson Mandela, Norodom Sihanouk, Jens Stoltenberg et bien d’autres dont Jean-Paul II. Rencontres qui lui inspirent d’étonnants développements où son érudition fait merveille - autre originalité dans une classe politique qu’il apprend à connaître...

Les Conversations de Paul-Marie Coûteaux avec Alain Juillet - Les services secrets au grand jour

Publiée le 16/06/2024

Quel homme, et quel parcours ! Fils d’un grand commis de l’Etat qui fut notamment préfet de Région, consul général, directeur adjoint du cabinet de Pierre Mendès-France, aux confins du Quercy et de la Corrèze, le jeune Alain est aussi le neveu de Pierre Juillet, éminence grise et toujours énigmatique de Georges Pompidou, grand ami de Marie-France Garaud - précisions que cette première conversation fut enregistrée quelques jours avant la disparition de Marie-France Garaud, dont le nom est plusieurs fois évoqué ici. Bachelier à 14 ans et déjà intrépide, Alain Juillet se lance très tôt dans l’armée dans la vie professionnelle chez Pernod-Ricard, où Charles Pasqua le recrute, et s’engage parallèlement dans une carrière militaire qui ne tarde pas à glisser discrètement au renseignement, sa véritable passion. Pendant plus d’un demi siècle, il va poursuivre une double carrière « d’espion », et de cadre puis de chef d’entreprise : excellentes couvertures pour voyager, comprendre le monde, fournir du « renseignement », notamment économique.. Le Président Jacques Chirac le nomme en 2002 directeur du Renseignement à la DGSE, puis lui confie peu après  la mission capitale de créer un service de "renseignement économique », qu’il va mettre en place et qui va devenir sa passion. Il découvre année après année de multiples « pots aux roses », et ce qu’il nomme "les guerres non déclarées", guerres hybrides, à la fois économique et militaires, que nous mènent des alliés devenu concurrents et souvent adversaires...